Bienvenue sur le site de votre Union Régionale

Éco-construire ensemble dans l’Hérault

13 02 2023

Après un an d’existence, L’Atelier coopératif 34, coopérative d’entrepreneurs de l’écoconstruction, contractualise avec son premier artisan salarié associé.

Olivier Baltus, professionnel de la rénovation écologique dans le Lodévois, deviendra à la fin du mois le premier artisan à signer son contrat d’entrepreneur salarié associé (CESA) avec l’Atelier coopératif 34. Cette coopérative d’activité et d’emploi (CAE), spécialisée dans l’écoconstruction, fête sa première année d’existence en pays cœur d’Hérault. En plus d’une aide à la gestion, elle offre un véritable accompagnement aux entrepreneurs, qui restent autonomes tout en bénéficiant du cadre sécurisé du salariat. Olivier a expérimenté plusieurs statuts au fil des ans pour exercer son métier : « J’aurais bien voulu travailler dans ce type de structure, mais à l’époque, je ne savais pas que ça existait ! » Après une parenthèse de six ans, où il a été assistant d’éducation et élevé ses deux enfants tout en retapant sa propre maison, « la CAE s’est imposée comme une évidence » pour sa reprise d’activité. « La coopération, ça correspond à mes valeurs », affirme-t-il.

L'équipe de l'atelier
Tom, Anne, Lola et Hugo (de gauche à droite) composent l'équipe d'appui de la CAE. Crédit photo: Catherine Hembert

L’Atelier est né de la rencontre en janvier 2019 de deux femmes, Anne Beaugeois et Lola Marquet. La première officie alors comme secrétaire indépendante pour le réseau Construire sain en cœur d’Hérault, qui regroupe des artisans adeptes de l’utilisation de matériaux respectueux de l’environnement (bois, terre, paille, chanvre) pour la réalisation de leurs chantiers. La seconde, elle, réalise un diagnostic sur le fonctionnement de l’association, à la recherche d’un nouveau souffle. Parmi les préconisations de Lola figure la création d’une CAE permettant à la fois de promouvoir l’écoconstruction et de répondre aux besoins de professionnels débordés et désireux de créer du lien.

Un réseau porteur

Avec leur profil complémentaire et leurs convictions écologiques communes, Anne et Lola vont plancher trois ans sur ce projet, entre prises de contact, réunions avec les acteurs locaux, dont l’Union régionale des sociétés coopératives, et études de faisabilité. Le tout sur fond d’épidémie de Covid et en auto-financement. Sur leur chemin, elle croise assez vite la fondatrice de Cabestan, CAE la plus ancienne dans ce secteur, implantée à Grenoble. Une étape décisive : « Laurence Ducrot nous a propulsées dans le monde des CAE du bâtiment, explique Lola. Elle nous a ouvert plein de portes. » Dont celles du partage et de la solidarité. « Il existe une vraie dynamique collective entre les structures, loin du champ concurrentiel, avec une dimension éthique. Nous avons été réellement soutenues. »
Parallèlement, Anne et Lola participent au montage du projet de tiers-lieu porté par la communauté de communes Vallée de l’Hérault. L’Alternateur ouvre ses portes à Saint-André de-Sangonis en janvier 2022, et l’Atelier, tout juste créé en coopérative, y installe son siège. L’équipe d’appui commence alors, doucement mais sûrement, à recruter ses premiers entrepreneurs en contrat d’appui au projet d’entreprise (CAPE).

« Nous ne sommes pas une start-up, précise Lola. Nous, c’est plutôt du slow démarrage. Il faut laisser le temps aux six artisans en CAPE de monter en compétence. »

Olivier, « admiratif de l’énorme boulot fourni par les deux gérantes et les deux référents techniques », s’attache à convaincre autour de lui de l’intérêt du concept : « on s’auto-salarie sans avoir à subir une double-journée de travail, avec la gestion à assurer une fois rentré chez soi ; et en plus, on est reconnu garant de l’environnement (RGE) ». Ce label permet aux personnes qui font appel à l’Atelier de faire financer leurs travaux de rénovation énergétique : avec la CAE, clients et prestataires sont donc tous gagnants !

Les Coopératives d’activité et d’emploi (CAE)

La CAE propose un modèle d’entrepreneuriat salarié unique, permettant la création et le développement d’une activité autonome dans un cadre collectif sécurisé. Les entrepreneurs sont d’abord en contrat d’appui au projet d’entreprise (CAPE), pour une durée de trois ans maximum, ce qui leur permet de tester leur activité, puis ils signent un contrat d’entrepreneurs salariés associés (CESA). La loi relative à l’économie sociale et solidaire de 2014 a donné aux CAE une reconnaissance juridique.
On en dénombre 163 en France (8 353 emplois), dont 20 en Occitanie (qui abrite la plus ancienne, Sapie, dans l’Aude). Parmi elles, 20 sont spécialisées dans la construction (3 en Occitanie).

Le logo

Les dernières actualités

Retour sur l'AG 2024 des Scop et Scic Occitanie Pyrénées 🗳️☀️

En ce 7 juin 2024, c'est dans la commune de Labourgade que notre grand rendez-vous annuel a eu lieu. Un immense merci aux 180 participants qui ont pris la route du Tarn-et-Garonne pour notre Assemblée générale. Une belle occasion de découvrir le fabuleux Château de Terrides, lieu propice à la bonne humeur, aux sourires, aux causettes et aux belles connexions.
Lire plus...

Bilan de l’URSCOP Occitanie Pyrénées : création de 367 emplois en 2023

L’Union Régionale des Scop Occitanie Pyrénées publie les chiffres clés de son bilan création 2023. En dépit du fort ralentissement économique, observé en France, dû à la poussée inflationniste, le bilan création en Occitanie Pyrénées est positif. Avec 14 nouvelles entreprises coopératives et 367 emplois créés, les Scop et Scic résistent et démontrent leur énorme capacité d’adaptation et de résilience.
Lire plus...
prev
next